Tu es là
Accueil > Littérature > Léandre Sahiri écrivain et journaliste !

Léandre Sahiri écrivain et journaliste !

Essayiste, romancier et dramaturge, Léandre E Sahiri, est un intellectuel engagé. A travers ses ouvrages et ses contributions dans la presse, il se veut un éclaireur et un éveilleur de conscience mais aussi un africaniste convaincu. Dans cet entretien, il nous parle de la mission de l’intellectuel et de l’écrivain. Un grand moment de partage… Si vous deviez vous présenter, que diriez-vous ? Léandre Sahiri : Je suis Léandre Katouho SAHIRI, originaire de Gagnoa, contraint à l’exil politique en France, en 1987. Je suis Enseignant-chercheur, critique littéraire, et écrivain intéressé spécifiquement par la promotion des valeurs humaines. Je suis titulaire d’un Doctorat ès Lettres de l’Université de la Sorbonne (Paris). J’ai enseigné dans plusieurs établissements et institutions en France, en Côte d’Ivoire et au Canada. Je suis auteur de plusieurs articles, préfaces et livres. Depuis quelques temps,
j’ai mis l’enseignement en stand-bail et je m’adonne beaucoup plus à l’écriture, à l’édition et au journalisme. Actuellement, je dirige un périodique nommé « Le Filament » dont je suis le fondateur et qui a son siège à Londres. Et je fais, dans la mesure de ma disponibilité, des contributions politiques dans d’autres journaux.
En effet, vous avez souvent fait des contributions politiques dans les journaux. Que recherchez-vous ?

L.S : Je suis un passionné de la vie, de la littérature et de la politique. J’ai été très tôt confronté à l’injustice. Je ressens toujours au plus profond de moi-même n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, où que ce soit chez nous ou ailleurs dans le monde. Je puis tout pardonner, excepté l’injustice. Je suis affamé de justice. Et donc, par mes écrits, je m’emploie à dénoncer et à combattre, de toute mon énergie, l’injustice et ses corollaires, notamment : la violence, l’ignorance, le mensonge et l’égoïsme. Mes contributions politiques,c’est justement pour combattre ces vices, surtout en ces critique et de discernement. De plus, c’est l’ignorance ou le manque d’instruction et  d’éducation  qui c o n d u i t , irrémédiablement, à l’égoïsme, au mensonge, à la violence dans nos milieux, dans nos communautés, dans nos pays. La violence, qu’elle soit physique ou verbale, est un dérèglement, c’est-à-dire un mal qui fait perdre, à tout individu, ses moyens de contrôle, la maîtrise de soi. De ce point de vue, vous constaterez par exemple que bon nombre des rebelles sont des analphabètes manipulés qui font un usage abusif ou un mauvais usage de leur force ou de leurs armes. Mes contributions visent aussi à promouvoir les valeurs humaines. Mon rêve obsédant, c’est de vivre dans un monde où des individus ne se comportent pas comme des loups ou des ogres à visage humain.
Est-il important pour un intellectuel et surtout un écrivain de prendre part au débat politique ?

L S : Bien sûr que oui ! Le mot politique vient du Grec polis qui désigne la cité, c’est-à-dire l’espace où l’on vit (village, région, pays, état…) et l’ensemble des habitants de la cité (les citoyens). Et donc, la politique (politikè), c’est tout simplement la gestion des affaires de la cité, ou bien, la manière de répartir le pouvoir et les richesses entre les divers individus et groupes à l’intérieur de la cité. Au regard de ces définitions, l’intellectuel ou l’écrivain (homme ou femme) doit être impliqué dans le débat politique et dans la gestion des affaires de la cité. C’est un droit et un devoir.
Pensez-vous que les intellectuels ivoiriens jouent vraiment leur rôle… Je pense à la longue crise politique et militaire que nous traversons…

L S : Je pense que, dans la longue crise politique et militaire que nous traversons, certains intellectuels ivoiriens ont vraiment joué leur rôle. Je pense par exemple à Bernard Doza, qui par ses déclarations courageuses s’est engagé à dénoncer et à combattre l’arbitraire, la barbarie, la tyrannie en marche dans notre pays.

Leandre Sahiri fondateur de Mary Bro Foundation !

Temps-ci où la vérité est si souvent obscurcie et le mensonge établi. Vous savez, l’ignorance, c’est le fait de manquer de connaissances, parce qu’on n’est pas instruit, ou parce qu’on ne sait pas lire, ou parce qu’on refuse de lire. C’est par l’ignorance qu’on maintient un être humain en esclavage, c’est-à-dire sous la domination des autres. Parce que, en vérité, on ne peut manipuler, soumettre et dominer que des gens ignorants ; tout simplement parce que, l’individu ignorant est borné, il ou elle manque d’esprit

One thought on “Léandre Sahiri écrivain et journaliste !

Laisser un commentaire

Haut